Home / Article au top / [Critique] Fast and Furious 8, un nanar déchainé !

[Critique] Fast and Furious 8, un nanar déchainé !

fast and furious 8 critique

Seize années après sa création, la franchise Fast and Furious s’offre un huitième épisode marquant le début d’une nouvelle trilogie. En 2015, le septième épisode avait été touché par la tragique disparition de Paul Walker dans un accident de voiture. Un épisode qui avait néanmoins connu un succès retentissant puisqu’il était devenu le film de la franchise le plus rentable, mais surtout le troisième plus gros succès de tous les temps lors de sa sortie. Ce huitième opus arrive t-il à nous convaincre ? Réponse dans la suite de la critique.

La critique de Fast and Furious 8

Maintenant que Dom et Letty sont en lune de miel, que Brian et Mia se sont rangés et que le reste de l’équipe a été disculpé, la bande de globetrotteurs retrouve un semblant de vie normale. Mais quand une mystérieuse femme entraîne Dom dans le monde de la criminalité, ce dernier ne pourra éviter de trahir ses proches qui vont faire face à des épreuves qu’ils n’avaient jamais rencontrées jusqu’alors.

Exit James Wan qui avait réalisé le septième opus, c’est F. Gary Gray (N.W.A, Que justice Soit faite) qui succède au malaisien derrière la caméra. Très clairement, le changement n’est pas très visible et comme James Wan, Gary Gray n’impose pas vraiment sa patte au film, si ce n’est lors d’ une scène de combat dans une prison rendant honneur au style du cinéaste. Quid du scénario ? Evidemment, les Fast and Furious n’ont jamais brillé par leur scénarios, mais c’est en parti parce qu’ils penchent de plus en plus du côté du délicieux nanars qu’ils ont su garder leur public. Si ce volet ne déroge pas à la règle, on peut toutefois nuancer nos propos. Même s’il ne faut évidemment pas prendre le long métrage au sérieux, ce huitième opus effectue un petit virage vers un aspect plus mature, “sérieux” et dark que ce dont les quatre derniers films nous avaient habitués. Attention tout de même, le film conserve son aspect nanar, ainsi que certaines répliques, dialogues et situations dignes de séries B. Néanmoins, Vin Diesel semblait indiquer que cet épisode poserait des nouvelles bases pour le futur franchise et on aurait tendance à le croire.

fast and furious 8 critique voiture

Le casting est-il encore à présenter ? Car, si Fast and Furious offre de l’action débridée depuis le sixième opus, la franchise peut aussi compter sur son casting boosté à la testostérone pour la porter. Toute la petite famille est de retour à l’exception de Brian et Mia pour des raisons évidentes. On retrouve donc notre baboulinet international, Vin Diesel, Ludacris, Tyrese Gibson, Michelle Rodriguez, Dwayne Johnson, Jason Statham, Nathalie Emmanuel
et Kurt Russel. Pour autant, on sait que la franchise aime injecter du sang neuf pour se renouveler et ce huitième ne déroge pas à la règle, après Kurt Rusell et Jason Statham il y a deux ans, c’est autour d’Helen Mirren, Scott Eastwood et Charlize Theron de rejoindre les rangs.

fast and furious 8 critique charlize theron

Charlize Theron qui incarne, Cipher, la grande méchante de ce nouvel épisode, s’intègre parfaitement au reste de l’équipe et semble être comme un poisson dans l’eau au milieu de tout ce beau monde. Crédible tout en conservant l’aspect légèrement cliché de la franchise, Cipher est un personnage intéressant qui donnera du fil à retordre à la famille Toretto. Scott Eastwood, malheureusement un peu transparent et assez proche du personnage que pouvait incarner Paul Walker, s’en sort tout de même honorablement et sème des graines intéressantes pour le futur. Que l’on aime ou non la franchise, ses personnages et leurs interactions font partis des raisons du succès de Fast and Furious. On pourra dire ce que l’on veut, mais les scénaristes ont toujours su créer un univers crédible entre les personnages en les liants les uns aux autres de manière parfaitement fluide et en creusant toujours plus le background de la saga. Ce huitième opus n’y échappe pas, certains personnages sont directement liés à la bande de Dom. Ce dernier aura fort à faire puisqu’il découvrira quelque chose qui devrait profondément marquer le personnage à l’avenir. Si l’action n’a jamais manqué dans Fast and Furious, l’humour est aussi au centre de la saga
et encore une fois les répliques de Roman devraient vous faire rire de bon cœur. Dwayne Johnson et Statham ne demandent pas leur restes, punchline sur punchline, ce duo réussit à dynamiser à lui seul l’ensemble des dialogues où les deux personnages sont présents.

fast and furious 8 critique casting

En terme d’action et de courses, pas de surprises puisque le long métrage de Gary Gray est dans la droite lignée du sixième et septième volet en proposant des scènes d’actions toujours plus démesurées. Vous pensiez la course poursuite finale de Fast and Furious 7 inégalable ? Détrompez vous, cette fois ils ont un sous-marin. L’équilibre entre action à terre et en voiture est parfaite et les quelques séquences de castagnes seront difficiles à égaler en terme de plaisir apporté aux spectateurs. La séquence de la prison offre à elle seule, la meilleure séquence de combat de toute la franchise. Les courses poursuites sont un peu moins inspirées que par le passé, si l’on compare à celles du dernier volet on ne peut être que légèrement déçu par ce petit manque d’inspiration et de fraîcheur. Ne boudons pas notre plaisir pour autant, ces séquences offrent encore de grosses sensations et des situations toujours plus folles, on aurait presque l’impression qu’il n’y a pas de limite pour la franchise. On appréciera également que comme à son habitude, ce huitième épisode écume les quatre coins du globe de Cuba à la Russie en passant par New York, le dépaysement est total. Au niveau des reproches, sur certaines séquences les effets spéciaux sont parfois complètement loupés ce qui nous sort immédiatement du film. Les musiques du films sont bien choisies, comme souvent elles sont exotiques et le peu de compositions originales du film collent parfaitement au ton des séquences sur lesquelles elles se collent.

fast and furious 8 critique sous marin

Mon avis sur Fast and Furious 8

Fast and furious 8 est donc le digne successeur que l’on attendait. Toujours plus nanardesque, drôle et décomplexé en terme d’action, ce huitième volet remplit parfaitement les attentes des fans.
Si vous faites partie de ceux qui accrochent au concept, qui veulent un blockbuster nanardesque et plein d’action ou si vous êtes juste fan, on vous recommande fortement d’aller au cinéma. Les ajouts de casting et les nouvelles portes qui s’ouvrent, donne un peu d’air frai à une franchise qui commence à en avoir besoin.

Voir Fast and Furious 8 chez Amazon.

la bande annonce de Fast and Furious 8

Anthony Corbelli (80 Posts)

Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine... Un jeune passionné de cinéma, de jeux vidéos et de culture geek.


LES ARTICLES CHAUDS DE NOTRE SITE MASCULIN !

One comment

  1. Y’a toujours 30 minutes de trop dans les F&F

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *