Home / culture / théatre / Le Testament de Marie désacralise et enthousiasme

Le Testament de Marie désacralise et enthousiasme

Le testament de Marie critique theatre 1

Tout le monde connait l’histoire de Jésus Christ, messie pour certains, usurpateur pour d’autres, homme dieu à la croisée des religions et des croyances. Homme crucifié pour mieux se ressusciter et accomplir les écritures. Mais qui connait la version de sa propre mère, Marie de Nazareth, comment elle a vécu l’accession de son fils au rang de Fils de Dieu, Roi des Juifs et crucifié volontaire? Dominique Blanc interprète cette mère simple et aimante d’abord laissée de côté pour être réintégrée a posteriori dans la liturgie chrétienne. Le Théâtre de l’Odéon propose un spectacle court, ramassé et hypnotisant avec ce Testament de Marie.

Le testament de Marie critique theatre 3

Le Testament de Marie, la critique

Le Théâtre de l’Odéon aime à accueillir ses spectateurs avec des comédiens déjà sur la scène avant le début du spectacle pour préfigurer les drames à venir et mettre dans l’ambiance. Les habitués s’extasient de cette mise en abime initiale mais ils passeront un vrai cap avec cette pièce. Car l’accès à la salle est encouragé pour déambuler au milieu des accessoires. Un vautour trône au milieu, un cube transparent fait apparaitre l’icône de Jésus au milieu de bougies avant que Dominique Blanc elle même ne prenne place en son centre sous le regard curieux des spectateurs. Peu auront jamais vu ça, elle incarne une Vierge Marie vêtue de bleu et au regard perdu dans l’infini. L’expérience électrise des spectateurs peu habitués à côtoyer de si près l’actrice toute proche de se livrer à l’audience dans un seul en scène une heure vingt durant. De quoi regagner sa place et prendre quelques photos pour immortaliser l’instant.

Le testament de Marie critique theatre 5

Le spectacle commence sur une scène vidée de la plupart de ses massifs accessoires. Restent des chaises, une échelle et un écran aux formes et couleurs variables dans l’arrière-plan. Toute la place est laissée à une Dominique Blanc habitée par son personnage. Elle incarne Marie, femme de Judée qui voit son fils multiplier les miracles et prendre une place considérable sur la scène publique. L’héroïne raconte l’histoire connue de tous depuis son point de vue minuscule, telle une mère inquiète du destin funstre promis à sa progéniture. Le texte de Colm Toibin rappelle celui de Nikos Kazantzakis pour La Dernière Tentation du Christ, un point de vue particulier relate une histoire différente de ce que nombre d’écritures relatent. Cette Marie se met à distance des dogmes pour mettre en avant la mère éplorée.

Le testament de Marie critique theatre 4

Il est peu de dire que Dominique Blanc captive le regard des spectateurs pour ne plus le lâcher tout du long, la pièce vaut pour sa performance intense et habitée. Elle arpente la scène avec sa voix puissante malgré son tout petit gabarit. Elle déclame son texte avec une force peu commune, captivant chacun des spectateurs sans plus jamais le lâcher. La scène a priori chargée s’est considérablement vidée après l’introduction pour n’en laisser que l’essentiel. Les mots évoquent sans artifices les histoires des Noces de Cana, de la résurrection de Lazare et de la mise en croix. Il faut voir ce petit bout de femme tourmentée par le destin funeste de sa progéniture. Pas d’invocation divine dans cette voix qui fait ressentir le tourment et la tristesse d’une mère. Pour une question finale qui met toute la pièce en perspective. Cette histoire en valait-elle vraiment la peine? L’interrogation est ouverte, à chacun d’y apporter sa propre réponse…

Le testament de Marie critique theatre 2

Mon avis sur Le Testament de Marie

Pas de prosélytisme dans cette pièce qui évoque une histoire universelle sous le spectre particulier d’une mère éplorée. La performance de Dominique Blanc donne à la pièce une aura magnétique à découvrir absolument, jusqu’au 3 juin.

Plus d’information ici sur le site du Théâtre de l’Odéon.

 

Stanislas Claude (211 Posts)

Critique de cinéma sur CulturAddict, le site culture qui monte, car la culture est une drogue dure et sur Publik'Art. Passionné par la mode et ouvert sur le monde du Gentleman Moderne


LES ARTICLES CHAUDS DE NOTRE SITE MASCULIN !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *