Home / mode / montre / Les maisons horlogères suisses veulent changer d’image !

Les maisons horlogères suisses veulent changer d’image !

maison horlogere suisse

Dans les films d’espionnage où se jouent des complots politiques, il arrive souvent un moment où un personnage clé se voit proposer des mallettes de billets en guise de corruption. Ce n’est peut-être pas si éloigné de la réalité si on en croit les instructions en cours de certaines affaires politico-judiciaires, notamment en France. Pourtant, bien souvent, la corruption prend un visage plus discret, moins volumineux. Cette corruption prend la forme de « généreux » cadeaux, notamment des montres de luxe. Alors comment les grandes montres suisses, symboles de richesse et de réussite sont-elles devenues des armes de corruption ? Et comment ces marques tentent de se défaire de cette image en rajeunissant sa clientèle ?

Un cadeau de puissant à puissant

La montre de luxe, comme l’avait si bien exprimé Jacques Séguéla, symbolise la richesse, le pouvoir. Cela s’est confirmé ces dernières années mais de façon étonnante, par le biais de la corruption. Jérôme Valcke, numéro 2 de l’UEFA a reçu en « cadeau » une montre d’une valeur dépassant les 10 000€, il a depuis été viré et suspendu douze ans de toute activité liée au football. Reinhard Grindel, président de la fédération allemande de football, a lui reçu une montre de 6 000€. Suite au scandale, il a démissionné. En Chine, la police anti-corruption chasse depuis 2015 les fonctionnaires arborant des montres suisses au poignet, souvent signe de corruption. Les arrestations ont été tellement importantes que le chiffre d’affaires des grandes maisons suisses a lourdement chuté. Les montres de luxe ne prennent pas seulement une connotation négative, elles ne peuvent se défaire de cette image inaccessible, réservée à une élite. Les horlogers n’ont d’autres choix que changer leur approche.

Casser l’image élitiste

Pour se défaire de cette image négative, les grandes maisons suisses doivent casser les codes et s’ouvrir au grand public. Certaines marques ont fait le choix de créer des modèles aux prix plus accessibles. Baume & Mercier a par exemple lancé une nouvelle marque, appelée sobrement « Baume » visant un public plus jeune en jouant notamment la carte écolo. Les marques ont aussi changé de regard sur le marché de l’occasion. Auparavant, il était mal vu puisqu’il ne rapportait rien financièrement. Aujourd’hui, les maisons suisses le voient comme un moyen d’attirer de nouveaux clients. Si quelqu’un achète une montre moins chère d’occasion, quand il le pourra, sa prochaine montre sera certainement achetée directement auprès de la marque. C’est ainsi que des sites comme celui de Chrono24 ont émergé, proposant des montres suisses d’occasion, un moyen de créer un nouvel engouement pour les modèles de luxe.

Les marques cherchent donc à renouveler leur clientèle pour se défaire de l’image néfaste qu’on leur a collée. Élitiste, inaccessible, signe de corruption, tout cela les maisons suisses n’en veulent plus. Avec ces modèles plus abordables, c’est peut être votre chance d’acquérir votre première montre suisse !

Les maisons horlogères suisses veulent changer d’image !
5 (100%) 1 vote

About La rédac

La rédac' de GentlemanModerne.com. Article écrit en collaboration avec la marque, cependant tous les mots présents dans l’article sont les miens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *