[Test & Avis] montre YEMA Ruban Traveller

test yuma urban traveller montre avis

Au royaume de l’horlogerie, beaucoup penseront à la Suisse comme le pays souverain. Nous ne pouvons pas les contredire ni sur le savoir-faire de nos voisins, ni sur l’indéniable et indiscutable prestige de certaines de leurs marques (Rolex, Tag Heuer, Patek Philippe…) mais pointerons juste le fait que d’autres marques ont ces dernières années perdu de leur éclat (Breitling…). 

Et ce ne sont pas les spécialistes en horlogerie, les passionnés des cadrans, des couronnes et des aiguilles qui vous diront le contraire. Une belle montre n’est pas seulement un objet qui se porte mais également un objet qui prend de la valeur et qui – dans le meilleur des cas – se transmet. Les marques suisses, certaines précitées, apportent encore cette plus-value intragénérationnelle. Ce sont des héritages.

Et/mais il y a aussi la France qui n’a pas/plus à rougir de la comparaison avec ses voisins suisses, et dont certaines marques ont émergé ces dernières années ou tout simplement effectué un revival, renaissant d’anciennes cendres. Toutes ont en commun d’offrir des montres aux modèles variés, techniquement abouties et élégamment conçues, dans un savoir-faire rigoureux.

YEMA en fait partie et c’est pour cela que nous avons choisi de vous parler de cette marque.

Crée en 1948 par Henry Louis Belmont, YEMA revendique son statut de marque d’horlogerie française haut de gamme, créatrice de de montres spécifiquement prévues pour la plongée, la course automobile, la conquête de l’espace ainsi que les sports de voile (c’est d’ailleurs ainsi qu’ils ont catégorisé leurs collections). YEMA est par ailleurs partenaire officiel de l’Armée de l’Air & de l’Espace française, de la Marine nationale et de Centre Nationale d’Études Spatiales (CNES). Un petit plus qui a son importance personnelle pour l’auteur de l’article qui fait partie d’une famille de pilotes.

Après des années 2000 difficiles suivant plusieurs rachats, YEMA intègre en 2009 le groupe Montres Ambre de Morteau et ne cessera depuis de peaufiner sa place sur la scène horlogère française, s’élevant en gamme.

Mais surtout, c’est ce qui nous plait chez Gentleman Moderne, leurs montres sont assemblées et fabriquées en France. Ces dernières années, importants investissements à l’appui, YEMA n’a eu de cesse d’internaliser une bonne partie de sa production et à améliorer constamment la qualité de ses processus de fabrication tout en modernisant ses process. Ainsi, c’est dans la ville de Morteau que sont basés les ateliers de YEMA, à quelques pas de la région horlogère suisse, c’est-à-dire au cœur de l’Arc jurassien qui est un écosystème reconnu par l’UNESCO en 2020 comme Patrimoine Culturel Immatériel. 

Excusez du peu. 

Test montre : la Urban Traveller

La Urban nous a tapé dans l’œil sur toute la collection – variée – proposée par YUMA. Son cadran vert « nid d’abeilles » surtout, ce vert foncé dit « fougère » est une tendance vue dernièrement sur beaucoup de modèles d’autres enseignes qui permet subtilement à une montre de se démarquer et de sortir des trop habituelles et trop austères couleurs que sont le noir, le gris, l’argent, le marron ou le bleu (pour ne citer qu’eux)… 

test montre yema urban traveller avis 4

Car comme pour un vêtement, voyez la montre comme un accessoire qui peut permettre de donner du « peps » à une tenue trop sage.

Nous parlions plus haut de « revival » chez YEMA. Sa Urban Traveller en est un exemple car sa lunette est inspirée d’un modèle YEMA Sous-Marine des années 1980.

test montre yema urban traveller avis 2

Reçue dans un bel écrin en cuir, la qualité de finition de la Urban nous a tout de suite plu, en notre « qualité » de connaisseurs. Le bracelet, intégré en acier 316L inoxydable, est lisse, léger, mat, ne présente aucune irrégularité et ne brille pas de façon ostentatoire, évitant l’effet « bling-bling » que nous exécrons sur une montre – à titre personnel. L’élégance par la sobriété, pour nous la meilleure. Ce bracelet plat intègre le cadran ce qui fait que la montre ressemble à un bracelet, donc à un bijou, dans le prolongement du boîtier reprenant la forme d’un octogone avec les mêmes angles et finitions de brossé et de polissage. « Donnant l’illusion d’une seule et même pièce », pour reprendre les mots de YEMA.

test montre yema urban traveller avis 3

Le verre du cadran est en saphir cheminée, pour une meilleure lisibilité ainsi qu’une résistance aux rayures. Tout cela forge l’impression forte de qualité de la Urban Traveller.

Impression de qualité renforcée encore quand on voit la gravure du blason historique YEMA à l’arrière du boitier, dit le « fond boite » pour les connaisseurs, réalisé à l’aide d’une presse hydraulique. Bel effet.

Et impression de nouveau renforcée quand, pour remontrer la couronne du mouvement automatique de la montre (d’une durée, réserve de marche, de 42 heures – pas si mal), nous sentons la souplesse et la solidité du mouvement. 

Autre point intéressant car peut commun chez les horlogers : le fermoir à doubles boucles déployantes. Joli mais moins facile à enfiler et un peu trop légèrement serré, surtout pour l’auteur de l’article qui a le poignet gauche fragile. Ce sera le seul point critique que nous ferons de cette montre.

test montre yema urban traveller avis 5

Un modèle phare chez YEMA dont les retours clients sont unanimes, il suffit de les lire. Et comme il en faut pour tous les goûts, cet élégant modèle est proposé avec des cadrans d’autres couleurs. À vous de vous laisser tenter.

Car question prix, rien de déraisonnable pour une montre avec une finition de cette qualité, surtout faite à la main et made in France. La Urban Traveller se situe même dans un prix en dessous d’autres modèles de YEMA plus élevés, tout en gardant en tête le caractère noble de la marque et de cette montre qui fait partie – comme écrit plus haut – du haut de gamme horloger français.

Voir la montre Urban Traveller sur le site de YEMA.

2 Commentaires

  1. Superbe montre , je l’avais déjà repérée mais votre article me confirme que je vais me laisser tenter… le vert est sympa et je suis d’accord qu’il se démarque de modèles plus classiques. En effet, les marques françaises de montres ont le vent en poupe et Yema a fait un sacré retour en force! J’ai déjà une Superman de Yema achetée l’année dernière et j’en suis très satisfait.
    Je suis curieux de savoir votre point de vue sur Breitling car vous dites qu’ils ont perdu de leur éclat….

    • Bonjour Tim. Merci pour tes retours 🙂
      Pour Breitling, j’ai juste mentionné en exemple cette marque comme n’étant plus ce qu’elle avait été car, étant possesseur de plusieurs modèles, en magasin quand je passe les faire réviser, je trouve depuis quelques années l’impression qualitative en deçà par rapport à leurs concurrents… le personnel est sympathique, j’ai même des amis qui y travaillent, c’est juste leur uniforme jaune qui font IKEA, les briques rouges des murs qui font démodées, et toutes ces fausses hélices et moteurs d’avion (je suis d’une famille d’aviateurs) qui font cheap et qui, je trouve, ne vont pas avec l’ADN et les prix des modèles qu’ils vendent. Je ne suis pas le seul à le penser et même certains experts en horlogerie te diront que les modèles Breitling décotent mais tout est relatif 🙂 Une montre est avant tout un achat personnel quelle que soit la marque et son modèle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici