Home / mode / L’industrie de la fast fashion : la fast pollution

L’industrie de la fast fashion : la fast pollution

infographie fast fashion cout textile

Qu’est-ce que la fast fashion ? Quels sont les enjeux ? Pourquoi est-il temps de consommer différemment ? Et comment le faire ? Beaucoup de questions de plus en plus importantes avec les modifications que subit notre planète. Le site TradeMachines propose une infographie à ce sujet, et on voulait partager ça avec vous ! Attention, on a découvert des chiffres chocs auxquels on ne s’attendait pas.

La fast fashion : le podium de la pollution

L’infographie commence par une info choc, un seul de vos tee-shirts pourrait vous fournir 3 ans en eau ! Où aurait pu plutôt. Parce qu’un tee-shirt, pour le produire, nécessite environ 27 000 litres d’eau ! C’est énorme ! Actuellement, la fast fachion est le deuxième plus grand pollueur en eau propre au monde, juste derrière l’agriculture. Mais qu’est-ce que la fast fashion ? C’est hyper simple. Dans la mode « normale », il y a deux nouvelles collections par an, une « été », une « hiver ». C’est déjà beaucoup de considérer qu’un vêtement stylé une année, est démodé au bout de 6 mois, mais soit. La fast fashion c’est 52 nouvelles collections par an ! Donc oui, une nouvelle collection par semaine ! Certaines enseignes qui ont ces pratiques, sont bien connus comme Zara, H&M ou encore Primark.

Si cela s’arrêtait là, tout irait bien. Le problème, c’est que ces vêtements ont un coût.

La fast fashion : un coût pour la planète

infographie cout planete

Pour produire des vêtements, il faut de la matière, et deux types de matières sont prioritaires utilisées.

  • Le coton est très gourmand en eau dès la plantation, il faut environ 20 000 litres d’eau, pour arriver à un kilo de coton. En plus, une quantité de pesticides phénoménale est utilisée avec. Plus que pour tout autre plante d’ailleurs.
  • Le polyester, contrairement au coton, il s’agit d’une fibre artificielle dérivée du pétrole. Sa production est tellement polluante qu’elle équivaut sur l’année 2015 au fonctionnement de… 185 centrales à charbon.

En bref, l’industrie du textile fait beaucoup de mal à la planète.

La fast fashion : un coût humain

Mais c’est une industrie qui n’est pas non plus très respectueuse des humains. En bon gentleman moderne, vous vous souciez certainement de votre consommation et faites certainement déjà attention aux matières qui composent vos vêtements. Seulement, la matière ne vous dit pas toujours d’où elle vient, ni qui l’a fabriqué.

Et très souvent, la matière première est collectée dans des pays peu réglementés, et sert à fabriquer des vêtements dans des pays encore moins réglementé. Moralité, actuellement dans le monde un enfant sur dix travaille dans l’industrie du textile. Et les salaires quant à eux (quand il ne s’agit pas de travail forcé bien sûr), sont bien en dessous de la décence. Les personnes peuvent à peine se nourrir avec. Alors certes, on le sait ça, mais nous avons tous déjà craqué pour un vêtement qui a été fabriqué dans de telles conditions. Parce qu’on préfère fermer les yeux, se trouver des excuses. Mais on l’a tous fait au moins une fois. Et acheter un vêtement dans ces conditions, c’est aussi contribuer au mal-être de toutes ces personnes.

Comment faire autrement ?

Les vêtements n’ont pas en plus un cycle de vie très heureux, encore en bon état, ils finissent plus souvent à la poubelle que sur le dos de quelqu’un d’autre.

temps utilisation vetement gaspillage infographie

Des alternatives, des solutions, il en existe. C’est parfois un peu plus contraignant, mais ça existe. L’infographie parle de solutions pour le consommateur, mais aussi pour les industries, ainsi que pour les gouvernements et les organisations. De notre côté, on va vous parler des solutions des consommateurs, mais n’hésitez pas à aller découvrir les autres.

  • Acheter moins : en moyenne nous n’utilisons que 20 % de notre garde de robe de manière régulière. Je ne vous parle pas de faire un tri dans votre armoire, mais plutôt de réfléchir avant d’acheter un vêtement : Est-ce un besoin ou une envie ? Est-ce que vous allez l’utiliser souvent ? Est-ce que vous n’avez pas déjà ce qu’il faut dans vos placards ?
  • Acheter mieux : ça, on vous en parle régulièrement, un vêtement de qualité, est un vêtement qui dure. Mais aussi souvent un vêtement qui a été fabriqué dans de meilleures conditions. En bref, prenez le temps d’examiner ce que vous achetez, et lisez les étiquettes.
  • Achetez d’occasion : des vêtements d’occasion, il y en a plus savoir qu’en faire. Dans des magasins, sur internet, de partout. Donc il y a forcément quelque chose à votre taille et à votre goût. En achetant d’occasion, vous évitez la fabrication d’un nouveau vêtement, et donc vous évitez tout ce dont on parlait un peu plus haut.
  • Réparez vos vêtements. Souvent pour un petit trou de rien du trou, le vêtement est jeté, alors qu’il y en pour 5 minutes à le réparer, ça vous coûtera moins cher et vous prendra moins longtemps que d’acheter un autre vêtement. Si vous ne savez pas coudre, emmenez vos vêtements chez un couturier.
  • Lavez malin : pourquoi ne pas faire votre propre lessive maison écolo ? Il y en a pour 5 minutes. Pensez également à laver à froid, à porter vos vêtements 2 – 3 fois avant de les laver, vous réduirez votre empreinte écologique. Et surtout, n’utilisez plus votre sèche-linge sauf urgence, c’est tout sauf écologique.

 

Cette infographie est très riche et particulièrement intéressante. On vous a parlé de quelques points importants qui sont dessus, mais on vous invite vraiment à aller la lire entièrement. Pas d’inquiétude, elle est très rapide à lire et ça apporte beaucoup de bonnes informations.

L’industrie de la fast fashion : la fast pollution
5 (100%) 2 votes

About La rédac

La rédac' de GentlemanModerne.com. Article écrit en collaboration avec la marque, cependant tous les mots présents dans l’article sont les miens.

One comment

  1. L’eau est renouvelable, grâce au cycle de l’eau. Pire dans certaines région elle tombe du ciel en abondance qu’il y ai ou pas une plantation de coton pour en profiter. Et réduire les plantations de coton à un endroit ne va pas aider à avoir plus d’eau là ou elle est rare comme au Sahel.

    Cela dit, bien évidement tout en se faisant plaisir il semble plus adapté à choisir quelques vêtements de qualité qu’on gardera des années plutôt qu’en racheter sans arrêt. Mais c’est pas vraiment le but de la mode qui elle pousse à la consommation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *