Home / culture / théatre / Fausses confidences mais vrai plaisir théâtral à l’Odéon

Fausses confidences mais vrai plaisir théâtral à l’Odéon

fc_2_pascal-victor

Depuis le 15 mai et jusqu’au 27 juin; les Fausses confidences de Marivaux tiennent les planches au Théâtre de l’Europe – Odéon. Devant le succès de la session de 2014, Luc Bondy et ses acolytes remettent le couvert pour le plus grand plaisir des spectateurs. Il vous reste du temps pour admirer ce spectacle total, je vais tenter quelques enluminures pour attiser votre curiosité.

Les Fausses Confidences sont jouées pour la première en 1737. Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux écrit une quarantaine de pièces de théâtre où son moralisme affleure dans des tonalités burlesques et parodiques. Observateur attentif des mœurs de son temps, il observe l’évolution des mentalités, les immuables carcans et les conventions bien comprises. « Le jeu de l’amour et du hasard » ou « La double inconstance » donnent de bons exemples de marivaudage, expression rentrée dans le langage courant pour illustrer le double jeu d’espoirs cachés et de méprises volontaires jalonnant les séductions et les tromperies afférentes.

Des héros fripons et des héroïnes fleurs bleues s’amadouent dans des intrigues rocambolesques à tiroirs.Luc Bondy adapte les Fausses Confidences à l’Odéon dans une mise en scène moderne et interactive. Tel un décor de film d’épouvante, les murs bougent au gré de l’action, dépassant la toile de fond habituelle pour se muer en témoin muet mais actif des apartés. Une scène plus avancée qu’à l’accoutumée s’approche des spectateurs (des spectatrices?) ravis d’admirer Louis Garrel de si près. Le cadre censé représenter un intérieur bourgeois est délibérément contourné, voire enjambé, par des acteurs s’allongeant à même la scène, asseyant sur une cheminée ou enfourchant négligemment les fenêtres.

Le marivaudage tourne autour d’Araminte, riche veuve interprétée par Isabelle Huppert et Dorante, bourgeois ruiné sous les traits de Louis Garrel. Dorante entreprend de séduire Araminte sur les bons conseils de son ancien domestique Dubois (Yves Jacques), transfuge passé sous les bons services de sa nouvelle maitresse. 4 Fausses confidences vont animer les personnages. Ce ne sont que révélations, faux secrets et manigances pour orienter les inclinations. Luc Bondy propose une action rythmée, provoquant des rires de contentement par la grâce de répliques drolatiques augmentées de gestuelles et mimiques toujours à propos. Les acteurs connaissent leur pièce, se sont maintes fois rodé aux joutes verbales et leur évidente connivence enthousiasme par son naturel.

Tout l’art des acteurs est de donner du relief à ce classique suranné et de le réinterpréter dans une proximité troublante. Araminte est une femme moderne, libre de par son veuvage et versatile par son opulence. Elle s’affranchit de la contrainte sociale pour porter son dévolu sur un jeune intrigant sans le sou. Cougar ou inconvenante, Isabelle Huppert la pare d’inconséquence, perdant l’équilibre à chaque rebondissement et réagissant avec une fausse mais calculée indolence. Objet de mille convoitises, elle tient les fils de sa destinée. Le jeune et ambitieux Dorante fait un pygmalion de poche, enivrant la belle de ses futiles paroles avec une désinvolture calculée. Louis Garrel n’a pas à forcer la caricature, usant de son parisianisme avec naturel et détachement.

L’effet produit est parfaitement burlesque et équilibré. Le texte est respecté dans les grandes largeurs, le pont est jeté entre les siècles, les conventions d’un autre temps sont modernisées juste ce qu’il faut pour qu’elles puissent paraitre poussiéreuses et parodiques à la fois. Les seconds rôles de première classe finissent d’ajouter une pincée d’esbroufe à ce très bon moment de théâtre. Jean-Pierre Malo en Comte Dorimont,Fred Ulysse en Arlequin et Manon Combes en Marton ravissent l’audience à chacune de leurs apparitions.

Pièce moderne dans un XVIIIe en voie d’éclaircissement, Les Fausses Confidences traversent les siècles avec bonheur pour se voir adaptées par un Luc Bondy maitre de son sujet. Et si c’était pour vous l’occasion de découvrir le Théâtre de l’Odéon, sa modernité, ses mises en scènes et acteurs au top? Fans du théâtre de qualité, il n’y a pas à hésiter. Et pour une première fois, il y a bien pire rendez-vous, laissez-vous tenter!

Plus d’info sur cette pièce sur le site de l’Odéon : http://www.theatre-odeon.eu/fr/2014-2015/spectacles/les-fausses-confidences

 

Stanislas Claude (207 Posts)

Critique de cinéma sur CulturAddict, le site culture qui monte, car la culture est une drogue dure et sur Publik'Art. Passionné par la mode et ouvert sur le monde du Gentleman Moderne


LES ARTICLES CHAUDS DE NOTRE SITE MASCULIN !

2 comments

  1. Merci pour votre article.
    Petite rectification : Jean-Damien Barbin/Arlequin est remplacé par Fred Ulysse pour cette reprise.
    À très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *