Home / Article au top / Ecosia : le moteur de recherche eco-friendly qui voudrait remplacer Google

Ecosia : le moteur de recherche eco-friendly qui voudrait remplacer Google

ecosia moteur de recherche eco responsable
Un moteur de recherche eco-friendly, c’est quoi ? Comment faire un choix de consommation actif rien qu’en surfant ? Ecosia, c’est quoi, et comment ça marche ?

Quand on pense à l’impact sur l’environnement de notre mode de vie actuel, on pense souvent aux transports, à l’alimentation (d’ailleurs on vous en parlait y’a pas longtemps tiens…), ou aux déchets. Et le numérique dans tout ça ?

Comment ça « ben quoi le numérique ? » Virtuel ou dématérialisé ne sont pas synonymes de « zéro impact ». On va vous expliquer tout ça rassurez-vous !

Vos choix numériques, pas si anodins que ça…

D’abord, de quoi vous faire réfléchir à propos d’Internet et des émissions de gaz à effet de serre qui vont avec :

  • Le fléau du « répondre à tous » : un email de 1Mo envoyé à 10 personnes, c’est 73 grammes de CO2, l’équivalent de 5 à 8 kilomètres faits en voiture. Bah oui, toutes ces données, il faut bien les stocker quelque part, et qui dit stockage dit serveurs et consommation d’énergie…
  • Netflix et le streaming video : rien que pour lui, Netflix utilise 15 % de la bande passante mondiale. En 2018, le streaming de vidéos en ligne, tous sujets confondus, a généré de 300 millions de tonnes de CO2 (l’équivalent des émissions carbone de l’Espagne tout entière sur un an)
  • Le porno en ligne à lui tout seul génère 100 millions de tonnes de CO2 (l’équivalent des émissions annuelles de la Belgique cette fois…)
  • Le moteur de recherche de Google est responsable de 40% de toutes les émissions de CO2 d’Internet, tous sites confondus…

Ce que vous faites en ligne n’est donc pas anodin pour l’environnement, comme quoi c’est pas parce qu’on ne le voit pas qu’on ne pollue pas…

Pourquoi changer de moteur de recherche ?

Sur la planète, Google est le moteur de recherche le plus utilisé, avec 92% de parts de marché (et encore, s’il était utilisé par les chinois, vous imaginez ?). En France, il dépasse aussi les 90% de parts de marché, au point qu’on ne parle même plus de concurrents !

Finalement, ça marche bien, c’est facile, alors pourquoi changer ?

Tout simplement parce que, vu le nombre de fois que vous utilisez Google dans une seule journée, vous pourriez changer pour un moteur de recherche à impact positif, et mettre à profit toutes ces recherches quotidiennes !

Mais un moteur de recherche à impact positif, c’est quoi ?
C’est simple, un moteur de recherche à impact positif, c’est un moteur de recherche qui utilise ses profits pour des projets sociaux ou environnementaux. Pour Ecosia par exemple, c’est planter des arbres. En moyenne, toutes les 45 recherches, Ecosia peut planter un arbre. C’est vite fait 45 recherches non ? À défaut de pouvoir vous-mêmes planter un arbre dans votre jardin (surtout si vous n’avez pas de jardin…), vous pourrez participer facilement au reboisement de la planète direct depuis votre canapé !

ecosia-plants-arbres

Bon alors Ecosia, est-ce qu’on peut leur faire confiance ?

Depuis que l’Amazone brûle (et qu’on s’en soucie, puisqu’en réalité, l’Amazone brûle depuis longtemps…), on s’inquiète subitement plus (+) de la déforestation. Du coup, comme tout le monde veut planter des arbres, Ecosia s’est retrouvé subitement sur le devant de la scène, et le nombre de téléchargements de son application a explosé, avec +1150% en une seule journée (le 22 Août très précisément – c’est bien la précision !). Du coup, Ecosia est aujourd’hui l’application numéro 1 sur l’App Store au Brésil – incroyable pour un moteur de recherche encore inconnu au bataillon il y a encore 2 mois !

Mais est-ce que ce sont vraiment des gens bien chez Ecosia ? Est-ce qu’ils plantent vraiment des arbres, ou est-ce qu’ils font du bon marketing et que personne ne va vérifier ce qu’ils font de leur sous (ils achètent peut-être des vignobles dans le Bordelais, avec, qui sait ?). Fouinons un peu…

Ecosia est une entreprise allemande fondée en 2009 par Christian Knoll, après un voyage au Brésil justement ! Ce n’est donc pas une association à but non lucratif comme vous avez pu le lire… En revanche, c’est la première entreprise allemande à avoir été certifiée « B Corporation », un label basé sur une norme internationale indépendante avec des exigences sociétales, environnementales et surtout de transparence (résultats affichés publiquement, et notamment les performances sur des thématiques particulières). Ecosia s’engage à utiliser 80% de ses profits pour replanter des arbres un peu partout sur la planète – ils en ont déjà planté 60 millions ! Ils ne paient pas de dividendes, et comme c’est une B Corp., vous pouvez même vérifier par vous-même et voir où va l’argent !

Et maintenant que vous savez que chaque recherche sur internet émet du CO2, vous vous demandez – et fort justement – si c’est pas pisser dans un violon que de faire plein de recherches en ligne qui émettent du C02 pour planter un seul arbre…
Et bah justement, Ecosia aussi a pensé à ça ! Admettons qu’on ne se base que là-dessus, dans le pire des cas, vous contrebalancez les émissions de vos recherches en ligne par la plantation d’un arbre qui absorbera l’équivalent du CO2 que vous émettez. Ça ferait une recherche neutre en carbone, ce qui n’est déjà pas négligeable…
Mais en plus de ça, en 2017, Ecosia s’est payé sa propre centrale solaire, histoire d’utiliser de l’énergie renouvelable pour alimenter ses serveurs (et la lumière de ses cabinets !). Résultat, mis bout à bout avec vos arbres plantés, vos recherches Ecosia sont négatives en émissions !

Si demain Ecosia devenait aussi populaire que Google l’est aujourd’hui, ils pourraient contribuer à absorber 15% des émissions globales de CO2 !

Allez, je suis chaud, je fais quoi ?

Fastoche, tu vas sur Ecosia.org, et tu cliques sur le bouton « Add Ecosia to Chrome » (si tu utilises un autre navigateur, ça sera écrit « Add Ecosia to *autre navigateur* » bien sûr !).

Et pi c’est tout !

Franchement, ta vie ne changera pas au quotidien, et tu feras un truc bien pour la planète (pour une fois !). Et si jamais tu veux jouer l’avocat du diable jamais content en me répondant que ça sert à rien et que c’est surement des voleurs qui s’en mettent plein les fouilles, je te répondrai que finalement, Google, c’est peut-être pas forcément mieux que ça non ? Alors prends le risque !

About Usagi

Championne olympique de MarioKart VR, parle couramment 4,7 langues, voue une véritable passion aux hérissons, et peut naviguer dans la gare de Shinjuku les yeux bandés (et ça, c'est pas donné à tout le monde!).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *