Home / culture / bande dessinée / Notre sélection des BD de Mars qu’il faudra lire

Notre sélection des BD de Mars qu’il faudra lire

captain america bande dessinée BD mars 2014

Dix c’est le nombre de titres de bande dessinée que nous avons sélectionné pour vous aider à choisir vos lectures et vos achats lors du mois de mars. Ces titres ne sont qu’un mince échantillon des sorties prévues mais peuvent vous permettre de vous repérer dans les rayons si vous ne savez pas quoi lire. Pour ce faire, nous avons choisi des titres différents afin de varier les plaisirs et que chacun puisse trouver BD à son pied.

 

 

Catégorie manga

 

sevendeadlySeven Deadly Sins T1 et 2, de Nakaba Suzuki

Éditions Pika. 184 pages. 6.95 euros. Sortie le 15 mars.

Résumé :

La princesse Elizabeth est prête à tout pour retrouver la légendaire bande de mercenaires connue sous le nom de Seven Deadly Sins. À ses yeux, eux seuls ont le pouvoir d’arracher le royaume de Britannia des mains des surpuissants Chevaliers Sacrés qui sèment la terreur ! Sa rencontre avec Meliodas, un garçon à la force exceptionnelle, et Hawk, son cochon, va marquer le début d’une aventure riche en rebondissements, où magie et combats sont au rendez-vous !

Plonge dans cette épopée chevaleresque dans la plus pure tradition de l’heroic fantasy!

Pourquoi ce titre ?

Dans la pure tradition de Fairy Tail ou Hunter X Hunter, Seven Deadly Sins pourrait bien être un nouveau shonen à succès passionnant. Le cochon et l’ambiance heroic-fantasy ne font qu’augmenter l’attrait de ce titre au graphisme atypique. Les premiers tomes nous diront si nous avons raison ou pas d’attendre l’arrivée de cette série en France.

 

bullet-armors-1Bullet Armors T1 et T2, de Moritya.

Éditions Kana. 194 pages. 6.85 euros. Sortie le 7 mars.

Résumé :

Nous sommes à une époque où les humains cohabitent avec les « Tremors », des machines dotées d’une volonté propre. Ion, jeune garçon très curieux, franchit le mur de la ville pour partir à l’aventure avec pour seul compagnon Bullet, un Tremor avant-bras droit, tombé du ciel. En route vers le monde des adultes ! Ainsi débute un récit d’aventures, sur fond de science-fiction et de folles machines !

Pourquoi ce titre ?

Si l’aspect aventure initiatique n’est pas nouveau, cette série finie en six tomes propose un univers mêlant robots et science-fiction assez intéressant sur la relation entre l’homme et la technologie.

 

 

 

Catégorie comics

 

killing jokeKilling Joke, de Alan Moore et Brian Bolland.

Éditions Urban Comics, 72 pages, 13 euros. Sortie le 7 mars.

Résumé :

Le Joker s’est à nouveau échappé de l’asile d’Arkham. Il a cette fois pour objectif de prouver la capacité de n’importe quel être humain de sombrer dans la folie après un traumatisme. Pour sa démonstration, il capture le commissaire GORDON et le soumet aux pires tortures que l’on puisse imaginer, à commencer par s’attaquer à sa chère fille, Barbara Gordon.

Pourquoi ce titre ?

Parce que s’il y a un récit à lire autour du Joker c’est celui-ci.

 

 

 

 

captain-america-le-reve-est-mortCaptain America – Le rêve est mort, de Ed Brubaker, Steve Epting, Mike Perkins et Butch Guice.

Éditions Panini Comics, 296 pages, 28,50 euros. Sortie le 7 mars.

Résumé :

Civil War vient de s’achever et Steve Rogers, alias Captain America, s’apprête à être jugé. C’est alors qu’un terrible événement bouleverse l’univers Marvel : Steve est assassiné et l’Amérique perd ainsi son plus grand héros. Qui est à l’origine d’un tel acte et quel rôle a joué Crâne rouge dans ce crime ? Le Soldat d’Hiver, quant à lui, va devoir choisir son camp… Un récit incontournable !

Pourquoi ce titre ?

Le second film arrivant à grand pas, les récits autour de Captain America affluent en librairie donc ce n’est pas facile de choisir mais celui-ci fait partie des incontournables à lire absolument.

 

 

Catégorie roman-graphique

 

les idees fixesLes idées fixes, de Gabrielle Picquet.

Éditions Futuropolis, 96 pages, 17 euros. Sortie le 6 mars.

Résumé :

Achille et Adrien sont frères. Achille est un ancien « enragé de la mer » qui ne la prend plus depuis vingt ans. Il veille sur Adrien, considéré comme l’idiot du village, qui, sans lui, n’aurait sans doute ni gîte ni couvert. Adrien raconte à qui veut bien lui prêter attention, qu’il entend des voix et qu’il reçoit souvent la visite de morts, notamment de marins perdus en mer. Il a un « esprit de travers, qui lui fait des misères mais aussi lui fait voir les plus belles histoires. Il va marcher des heures, il disparaît des jours… On le revoit hagard ou riant aux éclats… Et le voilà qui prie du matin au soir. Ses phrases sont des énigmes, il parle par ellipses, il hurle sans raison, fait plein de contorsions… Et son plus grand plaisir, c’est de faire peur aux gosses. » Au village, on est habitué, il n’est pas méchant. Son médecin et Achille pensent que ces « fantaisies » sont une façon de fuir des horreurs du passé, et qu’elles cesseront le jour où Adrien se décidera à parler de ce qu’il a vécu pendant deux ans en Algérie… Achille, quant à lui, était marin pêcheur. Il a un jour prêté son bateau L’Agathe, à une famille de touristes, mais ni le bateau ni la famille ne sont jamais revenus. Disparus en mer ? Aujourd’hui, cela fait vingt ans, jour pour jour que L’Agathe a disparu. Achille est nerveux, et Adrien, comme chaque année à la même époque, lui déclare que bientôt son bateau reviendra, que c’est l’âme d’un marin qui le lui a dit. La poésie, la délicatesse, la tendresse de Gabrielle Piquet créeront le miracle, celui de l’Agathe…

Pourquoi ce titre ?

Comme souvent chez Futuropolis, un très beau récit. Cette fois-ci, c’est Gabrielle Picquet qui aborde avec sensibilité le thème de la jeunesse.

 

blast-tome-4-pourvu-que-les-bouddhistes-se-trompentBlast, T4 : Pourvu que les bouddhistes se trompent, de Manu Larcenent.

Éditions Dargaud, 200 pages, 22.90 euros. Sortie le 7 mars 2014.

Résumé :

Dernier tome du chef-d’œuvre de Manu Larcenet, réussite artistique exemplaire, Blast ne peut laisser indifférent. De par sa forme d’abord, 4 albums denses, sombres, tragiques, bourrés jusqu’à la gueule d’une humanité débordante et d‘une sauvagerie fascinante. Mais aussi par ses qualités graphiques et narratives hors du commun qui en font un ovni éditorial. Ce 4ème tome clôt avec une maestria scénaristique rare, le parcours d’un homme captivant. Une conclusion coup de poing qui vous laissera KO.

Pourquoi ce titre ?

Larcenet fait partie de ces scénaristes qui transforment tout ce qu’ils touchent en or. Blast est certainement une de ses meilleures œuvres et cette saga, déjà culte, en arrive à sa fin que l’on attend avec impatience. Blast est certainement une de ses meilleures œuvres et cette saga, déjà culte, en arrive à sa fin que l’on attend avec impatience.

 

 

Catégorie franco-belge

 

deepDeepwater prison, T1 : Constellation, de Bec et Raffaele

Éditions Soleil, 48 pages, 13.95 euros. Sortie le 5 mars.

Résumé :

La délinquance et le crime ont augmenté en flèche aux États-Unis, les prisons sont surpeuplées. Le gouvernement américain a mis à l’étude un nouveau modèle de prison, installée dans une fosse marine abyssale au large des Bermudes, pour des détenus purgeant de longues peines. Les criminels les plus dangereux du pays y sont ainsi abandonnés et livrés à leur propre sort. À cette profondeur, impossible de s’échapper ! D’autant que la zone est infestée par les Serpentoïdes, de redoutables anguilles géantes. Neuf cent mètres plus haut, à la surface, une plate-forme pétrolière explose et sombre, provoquant la plus grande catastrophe écologique de tous les temps. Une équipe de colmatage est envoyée en urgence dans les fonds marins. Seul lieu de résidence à cette profondeur, la Deepwater Prison, où des mutins fomentent des plans d’évasion…

Pourquoi ce titre ?

La série propose un concept  abyssal et fantastique intéressant avec une histoire prometteuse.

 

yul-et-sa-clique-mariolleYul et sa clique, T1 : L’âge de raison, de Julien Mariolle.

Éditions Sandawe. Sortie le 26 mars.

Résumé :

C’est le début de l’été, Yul, Sam, Liz et Lola emménagent ensemble dans une maison.  Ils organisent une crémaillère qui nous permet de faire connaissance avec tous les protagonistes (les copains de Yul, le rockeur Marco et le débonnaire Ousman, le petit voisin Néné et sa maman Rosie, un peu dans la lune). La famille recomposée prend ses marques. On découvre Yul dans son travail au vidéo-club qu’il anime avec passion. Mais lorsqu’il s’agit de bricolage, Yul est une catastrophe. Tous ses efforts liés à l’aménagement de la maison tournent au fiasco (étagères qui s’effondrent, il confond le sèche-linge et le lave-vaisselle, etc.).Yul essaye de mettre en application ses principes éducatifs auprès des jumelles mais se montre très immature dans son comportement. Sam quant à elle se révèle être une mère excessivement « poule ». On découvre Yul hypocondriaque et très angoissé, ce qui l’amène à se rendre régulièrement chez son médecin.  Marco fait part à Yul d’une annonce publié dans un magazine (‘festival de courts-métrages fantastiques recherche réalisateurs amateurs’) qui y voit l’occasion d’être enfin reconnu dans son travail de cinéaste. Alors, début de la gloire pour Yul ?

Pourquoi ce titre ?

Une série autour d’un adulescent qui s’annonce désopilante.

 

 

Catégorie histoire

 

malpassetMalpasset (causes et effets d’une catastrophe), d’Eric Corbeyran et Horne.

Éditions Delcourt, 160 pages, 18.95 euros. Sortie le 19 mars.

Résumé :

Le 2 décembre 1959, le barrage de Malpasset situé dans le Var cède. Une vague de 50 millions de mètres cube d’eau s’abat sur la ville de Fréjus, causant plus de 400 victimes et 7000 sinistrés. À travers une quinzaine de témoignages de survivants, Corbeyran et Horne remontent le fil des événements, donnent un éclairage du drame même, des causes aux effets, et de la vie après un tel traumatisme.

Pourquoi ce titre ?

C’est l’occasion d’effectuer une plongée documentée et bouleversante sur un drame de notre histoire.

 

 

Catégorie indé’

 

fautFaut qu’on y aille sinon on va louper le dernier drakkar, de Muzo.

L’Association, 64 pages, 12 euros.

Résumé :

Faut qu’on y aille sinon on va louper le dernier drakkar, un titre en trompe-l’œil pour un vrai-faux manuel de bande dessinée à l’usage de tout lecteur déridé. Comment construire des phylactères ? Comment surmonter les affres de la création ? Comment faire de ce chemin de croix une partie de plaisir ? Et surtout, comment trouver l’inspiration?  Muzo fait profiter tous les aspirants dessinateurs de ses conseils expérimentés. Dans cette fantaisie, le lecteur attentif pourra trouver les réponses aux questions qui l’obsèdent. Un livre à ne louper sous aucun prétexte donc (comme le dernier drakkar, d’ailleurs). Car même si deux vikings sont toujours un bon début pour faire une bonne histoire, il faut au moins tout le talent de Muzo pour nous instruire avec autant d’humour.

Pourquoi ce titre ?

Parce que c’est un titre qui en jette et que c’est bien aussi de lire des œuvres qui osent sortir des sentiers battus.

 

Romain Delannoy (11 Posts)

Dévoreur de BD en tous genres. Retrouver moi sur gbd-labddecrytpee.com


LES ARTICLES CHAUDS BOUILLANTS DE NOTRE SITE MASCULIN LIFESTYLE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *