Home / lifestyle / sortie / L’Atelier des Artistes ou l’art du cocooning gastronomique

L’Atelier des Artistes ou l’art du cocooning gastronomique

gun

Ouvert il y a bientôt 2 ans à proximité de République, l’Atelier des Artistes bouscule le parcours très codifié de la soirée parisienne traditionnelle. Ce bar restaurant cosy et convivial propose une synthèse réjouissante des tendances esthétiques et gastronomiques actuelles dans un seul et même espace type loft. Plus besoin de multiplier les adresses, l’Atelier des Artistes propose son concept hype et fédérateur dans un seul et même espace atypique et chaleureux. Vous hésitez encore à devenir des habitués du lieu? Quelques arguments suffiront à vous en convaincre.

Berlin, Londres ou New York sont passées maitres dans l’art du combo bar/restaurant, solutionnant les questions de trajets fastidieux, de coupures d’ambiance et du soufflé qui risque de retomber. Paris attendait Filipe Alves pour importer le concept et en offrir une variation inédite. Figure de la nuit parisienne, il est le grand ordonnateur de l’Atelier des Artistes, restaurant bar inédit dans la capitale. Son credo est simple et enthousiasmant: pas de barrières, que des barrés. La découverte des 500m² ne lui donne pas tort.

L’entrée se fait sur un restaurant aux proportions généreuses et finement décoré. L’œil navigue entre le bar en bois délicatement ciselé, les éclairages stylisés, l’immense baie vitrée et les tables savamment disposées. Le mobilier sans chichis allie simplicité et convivialité. Les tables de 2 ou plus accueillent un public varié de convives en mode détente ou échanges. Des amis ou des couples se retrouvent pour partager un moment de proximité dans un lieu véritablement hors norme.

Quelques marches mènent à un sous-sol aux installations multiples. Un patio de décompression propose tout d’abord une surprenante baignoire à la finalité non encore élucidée. Sur la gauche; la Danish suite s’inscrit dans un concept très nordique avec ses meubles épurés et son bar discret. La salle est privatisable pour plus d’intimité. Quelques pas permettent de longer un bocal fumoir calfeutré offrant la possibilité de s’oxygéner sans déranger les hordes intolérantes de non-fumeurs. Un virage aboutit sur un surprenant salon de projection aux fauteuils accueillants et à la programmation variée, une session Rocky a récemment ameuté les foules. Enfin, un espace bar à tapas tamisé accueille les adeptes de l’apéritif et de la décontraction. Une carte à prix très doux permet de se restaurer entre deux cocktails. L’ambiance musicale alterne entre musique d’ambiance et DJ sets, un parfait endroit, confiné mais pas trop, pour se retrouver à l’heure de l’after work et commencer la soirée.

La multiplicité des climats ne m’a pas fait oublier l’enjeu principal de ma visite: déguster les spécialités culinaires maison. Pour preuve de mon total dévouement à la cause du Gentleman Moderne, le sacrifice fut total avec un essai extensif des spécialités représentatives de cette cuisine de tradition aux senteurs exotiques et aux déclinaisons surprenantes. Pour m’accompagner, Isabelle de « Le bout 2 la langue », elle aussi totalement intrépide devant l’ampleur de la tâche:
– Deux tapas pour s’échauffer: un poétique petit jardin de lentilles beluga, sauce rémoulade, olives séchées, carottes et radis fane, pickles de chou-fleur. Frais, surprenant, une entrée en matière parfaite pour se mettre en appétit. A ses côtés, l’escabèche de daurade royale aux agrumes rivalise de fraicheur et de piquant.
– Les entrées confirment l’impression initiale de qualité des produits et d’ingéniosité des recettes. La daurade royale avec ses Saint-Jacques fumées de la maison Pétrossian en tartare, sa vinaigrette daïkon, son yuzu et ses pickles de radis noir et rouge est suffisamment bien équilibrée pour marier harmonieusement tous ses différents ingrédients. La chantilly de pleurotes, brisures de châtaignes, chorizo, croutons de brioche, pickles de pleurotes est une surprise totale, à tester absolument.

Je vous rassure, les vins adéquats permettent de faire glisser avec suavité ces mets de qualité. Un Chardonnay minéral et un chablis bien comme il faut représentent dignement une cave volontairement resserrée et sévèrement sélectionnée. Ce n’est pas mon carré d’agneau, purée de carottes, cumin, jus de viande aux agrumes qui dira le contraire, parfaitement accompagné par un Pic Saint loup totalement addictif. Quant au cabillaud cuit à basse température, tombée de choux rouge au gingembre et citronnelle, écume d’orange aux épices, salade d’aneth et persil cress, il fait preuve de générosité en se dégustant sans effort, grâce à sa parfaite cuisson et à sa texture doucereuse.

Arrivé à ce point du repas, on imagine sans mal le dilemme que représentait le choix du dessert. La raison n’a plus cours, nous sommes allés au bout de nos travaux d’investigation, sans crainte ni regrets. Pour notre plus grand plaisir. Le Millefeuille de meringue, crème à la rose, brisure de litchi et le Soufflé mangue passion, coulis de mangue resteront de grands souvenirs, me faisant mentir sur mon peu de gout habituel pour les sucreries. La mémoire me manque pour bien m’assurer qu’un Pinot noir de Bourgogne accompagnait bien les dernières cuillérées, ma mémoire gustative reste irrémédiablement bloquée sur les morceaux de litchi disséminés au milieu d’une crème onctueuse.

Atout supplémentaire non négligeable: le service d’une amabilité extrême avec des suggestions de vins complètement en accord avec les saveurs des plats. Clin d’œil à Liloo « multipass », compagne du maitre des lieux et digne représentante d’une brigade aux petits soins.

L’heure tardive de départ est un bon révélateur du plaisir passé à découvrir la cuisine inventive et raffinée de l’Atelier des Artistes. Un dernier cognac pour la route et un échange avec l’affable Filipe Alves n’ont fait que confirmer ce que j’avais très vite deviné. L’Atelier des Artistes est une adresse qui compte dans le landernau parisien. La capitale regorge de restaurants alléchants, mais peu offrent cette sensation de concept global, réfléchi avec soin et pensé dans les moindres détails. Des artistes exposent régulièrement dans les salles, offrant un parfait contrepoint esthétique à l’agrément gastronomique de la cuisine. Je n’en dis pas plus, c’est maintenant à vous d’aller découvrir l’Atelier des Artistes.

L’Atelier des Artistes
4 rue rampon, 75011 Paris
01 47 00 55 71
Du mardi au dimanche de 19h30 à 2h
http://www.atelierdesartistes.net/

Stanislas Claude (201 Posts)

Critique de cinéma sur CulturAddict, le site culture qui monte, car la culture est une drogue dure et sur Publik'Art. Passionné par la mode et ouvert sur le monde du Gentleman Moderne


LES ARTICLES CHAUDS DE NOTRE SITE MASCULIN !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *