Home / culture / film / La critique du film Demolition

La critique du film Demolition

critique demolition film

Demolition est une chute vertigineuse dans la conscience d’un héros désenchanté. Un golden boy investi dans une carrière successful et marié à une femme merveilleuse doit faire face à un événement cataclysmique. Le décès de sa compagne le laisse sans voix… mais pas dans le sens que l’on imagine. Un Jake habité hante ce film plus méditatif que puissant. Au risque d’une narration longuette mais pas sans charme.

 

La critique du film Demolition

Jake Gyllenhaal creuse le sillon du cinéma canadien en passant de Denis Villeneuve à Jean-Marc Vallée avec un égal bonheur. Habitué aux rôles puissants depuis Jarhead en passant par Night Call et La Rage au Ventre, ses prestations dans Enemy et Prisoners confirmaient son orientation vers un cinéma d’auteur ambitieux et authentique. En choisissant d’investir le cinéma du réalisateur des puissants Wild et surtout Dallas Buyers Club, Jake Gyllenhaal confirme son envie de faire de l’art et pas des dollars. Son personnage Davis Mitchell voit ses repères voler en éclat quand il n’arrive pas à ressentir la moindre tristesse face au drame qu’il vit. Il essaye avec acharnement mais sans succès. Il lui faudra un film entier pour faire la paix avec ses souvenirs et lui même. Pour cela, il doit se mettre à dos ses collègues, sa belle famille et ses proches.

critique film demolition

Si vous attendez une nouvelle prestation de fou de Jake, Demolition devrait vous décevoir. Le film file à un rythme piano piano, avec des révélations au compte goutte. Jake tente de secouer le cocotier au fur et à mesure que son personnage reprend le contrôle d’une vie qu’il avait laissé filer. Naomi Watts joue les utilités et Chris Cooper semble reprendre une interprétation déjà éprouvée maintes fois. Nouvelle variation sur l’homme moderne piégé dans une existence aux règles qui lui échappent. Walter Mitty offrait une déclinaison plus légère, American Beauty une variation plus tragique (avec déjà Chris Cooper), Shame une transposition sexuelle. Demolition souffre d’une ambition philosophique jamais vraiment assumée. Il faut faire danser Jake et lui mettre une masse dans les mains pour insinuer un zest de passion.

demolition critique film

 

Conclusion

Demolition est un film sans vraie passion ni intrigue. Le Box Office conclura, mais je parierais que le film ne trouvera pas vraiment son public…

 

La bande annonce

Stanislas Claude (201 Posts)

Critique de cinéma sur CulturAddict, le site culture qui monte, car la culture est une drogue dure et sur Publik'Art. Passionné par la mode et ouvert sur le monde du Gentleman Moderne


LES ARTICLES CHAUDS DE NOTRE SITE MASCULIN !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *