Home / lifestyle / sport / La chute libre en soufflerie ou comment ne pas perdre pied

La chute libre en soufflerie ou comment ne pas perdre pied

soufflerie ifly

C’est lors d’un déplacement à Singapour, en toute simplicité, que j’ai pu tester avec une équipe de frappés, la simulation de chute libre en soufflerie Ifly, située sur l’île à touriste Sentosa.

Vu de l’extérieur, cela ressemble plus à une attraction Disney qu’à une activité vraiment sérieuse comme j’avais pu le vivre dans un vrai saut en parachute quelques années plus tôt, mais soit, lançons nous.

Avant tout, il faut payer et c’est l’équivalent de cent euros que nous déboursons pour avoir accès au vestiaire.

Mes compères et moi revêtons la fameuse combinaison rouge ou bleu, au choix, et accédons rapidement au sas de briefing. Là, un moniteur sympa et diplômé nous explique la position à tenir lors de la simulation : allongé sur le ventre bien sur, parce que sinon tu pars au plafond et on te retrouve encastré dans la grille, tête relevée, les mains et le coude doivent former un arc (main plus haute que le coude), pointes de pieds vers le haut.

Il nous montre la position et nous explique qu’il faut rester tonique, souple et décontracté à la fois…easy man !

Par ici Mesdames et Messieurs, enfilez vos casques, à l’endroit de préférence, là on en a déjà perdu deux, et en piste !

iflyJe suis le premier à me lancer, même pas peur. J’entre par la petite porte où m’attend le moniteur, ça souffle fort, entre 100 et 250 km/h selon la bête. Il me demande de mettre les bras en avant et de m’allonger, je m’exécute et me voilà en train de voler comme un oiseau à une aile, mais le moniteur est là pour me guider et me réorienter, ce qui me permet de trouver facilement mes marques et de me débrouiller seul en une trentaine de secondes. Oui parce qu’il ne faut pas trainer hein, le saut dure 50 secondes…heureusement qu’il y en a deux !!!

Mes amis passent après moi, ils se débrouillent vraiment pas mal, puis c’est le tour d’une famille Chinoise classée dans la catégorie Sumo et là on oublie la tonicité et la décontraction, et surtout on se retiens de rire lorsque l’ado du groupe touche la grille du sol et ne décolle plus.

Le deuxième saut vient enfin, là on profite vraiment. Les douze moteurs électriques en sous sol fonctionnent à plein régime et balance toute cette air dans un tube verticale immense où les sauteurs évoluent : c’est ce que l’on appelle l’espace de vol, et là, je prend du plaisir.

Les sensations sont similaires à un véritable saut en parachute, la peur et le paysage en moins. Et puis il faut le dire, c’est quand même agréable de ne pas avoir un mec de 80 kgs accroché dans le dos.

Expérience très positive et très bon moment passé. Je vous rassure, inutile d’aller à Singapour pour ça, cela existe en France grâce à la Société AEROKART situé Route de pontoise à Argenteuil en région Parisienne. Le côté Disney est beaucoup moins présent mais l’accueil chaleureux et les moniteurs très qualifiés.

Il vous en coûtera 70 euros la session de deux minutes trente pour un adulte. Idéale pour un peu de fun en après midi.

Alors quand est ce que vous vous envoyez en l’air ?

JO (34 Posts)

Voulait faire super-héro Marvel mais c'était déjà pris. Alors s'est rabattu sur le sport, la peinture et la musique. A la chance de voyager aux quatre coins de la planète mais revient toujours à la maison car c'est là qu'on est le mieux. BOSS du blog URBAN CITIZEN.


LES ARTICLES CHAUDS BOUILLANTS DE NOTRE SITE MASCULIN LIFESTYLE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *