Home / Article au top / J’ai testé le simulateur de vol AviaSim !

J’ai testé le simulateur de vol AviaSim !

test-aviasim-avis

Gentleman moderne a eu la chance d’être invité au lancement du centre de simulation AviaSim, 16 rue Raymond Queneau à Paris. Quel kiff !!!

En arrivant sur place, j’étais déjà dans l’ambiance et totalement prête à tester les simulateurs de vol en avion (et à piloter !). Rien que dans la salle d’accueil, on apprécie le sens du détail : les sièges d’avion, les publicités vintage, les chevrons de pilotes, etc.

test aviasim avis simulateur de vol embarquement

Nous sommes accueillis par Benjamin, un pilote professionnel qui ce soir sera notre copilote et instructeur.  Pas besoin de passeport, pas de contrôle des douanes, pas de files d’attente… On entre directement dans le simulateur du Boeing 737.

N’y connaissant absolument rien, je me concentre sur le briefing. Ceux qui ont déjà vu l’intérieur d’une cabine de pilotage se rappelleront du nombre impressionnant de boutons, leviers, voyants lumineux et écrans. Il y a de quoi faire ! On ne sait plus où regarder tant il y a d’informations !test-aviasim-avis-1Cap, altitude, position des ailes, rôle des différents écrans et j’en passe. J’essaie de tout retenir et je n’ai qu’une hâte : qu’on décolle et mette en pratique toutes ces informations neuves. Le cockpit est hyper réaliste, assis au siège du commandant de bord, on s’y croirait ! Et les bruits de moteur, les avertisseurs sonores, la réactivité de l’écran à 180 degrés contribuent à l’illusion.

test aviasim avis 2

Allez, à nos marques, prêts, on vole ! La main droite sur la manette des gaz et l’autre sur les commandes, j’arrive, aidée du copilote, à faire décoller le Boeing et c’est parti pour un petit tour autour de l’aéroport d’Oslo (c’est un des charmes de l’expérience, vous pouvez choisir la destination et même la météo). On se surprend à surveiller davantage les écrans de contrôle que le paysage. C’est que l’on prend beaucoup de vitesse très rapidement, c’est bluffant.

test aviasim avis simulateur de vol cockpit

Une fois arrivés à notre altitude de croisière, on peut prendre le temps d’admirer la vue. Et puis, c’est parti pour les virages, en faisant attention à ne pas dépasser un certain angle, de façon à ne pas faire vomir tous les passagers. Le sourire aux lèvres, je m’éclate à contrôler le cap et l’altitude de cet énorme avion. J’ose de plus en plus quitter les écrans des yeux pour regarder dehors.

D’ailleurs, ma petite escapade touche à sa fin et il est temps de rentrer. Reste à retrouver les pistes de l’aéroport et viser celle qui attend notre retour. « Prête à atterrir ? ». Euh, non, pas du tout. De une, je trouve ça cool de piloter, je n’ai pas envie que ça s’arrête. De deux, je ne suis plus sûre de me rappeler de tout ce qu’il faut faire pour poser le boeing sans encombre.

test aviasim avis simulateur de vol pilote

Pas le choix, allez, on y va. On perd en altitude, on contrôle la vitesse, on déploie les volets pour ralentir l’avion, on sort le train d’atterrissage et…. super ! On a réussi ! J’ai réussi ! (Bon, on m’a bien aidée). Devinez qui est repartie avec son diplôme d’honneur de la simulation ?

test aviasim avis diplome

Mon avis

Un grand moment de plaisir, très ludique pour tous les curieux d’aviation. Le cockpit donne tout de suite une dimension immersive et le pilote à nos côtés est un passionné qu’on peut  accabler de questions. Très vite, on acquiert suffisamment de connaissances pour s’amuser sans crainte de crasher l’appareil.

Pour les plus joueurs, vous pouvez essayer de compliquer la tâche en partant de pistes très difficiles d’accès, au milieu de montagne ou très très près de la mer.

Après une certaine maîtrise, on peut même essayer de composer avec des pannes et comprendre comment se gèrent ces situations.

Entre les milliers de destination proposées, les variables météo et mécaniques, les possibilités sont quasiment infinies.

Visiter le site AviaSim pour plus d’information.

test aviasim avis simulateur de vol avion

D’accord, c’est bien beau tout ça, mais si j’ai une trouille bleue de l’avion ?

Le centre a aussi pensé à vous. Un stage est proposé sous forme de stage personnalisé et pas en session de groupe. Vous êtes la priorité. Pendant 3 séances de 2h, vous suivez un programme pour apprendre à voyager plus sereinement et à vaincre votre appréhension. On vous expliquera comment un avion peut voler, les raisons pour lesquelles une panne moteur ne met pas l’avion en danger… vous surpasserez votre peur dans le simulateur et pourrez ainsi décoder tout ce qui vous inquiète.

Et quand on n’est pas Parisien ?

Et bien, on n’a que l’embarras du choix ! AviaSim compte une flotte de 25 simulateurs dans toute la France. Paris, Orly (Centre Commercial Belle Épine – Avenue de l’Europe – Tour Europa 94320 Thiais) mais aussi Lille, Strasbourg, Tours, Lyon, Genève, Bordeaux, Montpellier, Nice, Aix-en-Provence, Toulourse, Biarritz.

Les centres de Lyon, Aix-en-Provence, Bordeaux et Genève propose des sessions « fighters academy » où vous pilotez carrément un avion de chasse F16-Fighting Falcon ! Mission en binôme et affrontement aux commandes du célèbre chasseur.

Et depuis peu à Lyon, un hélicoptère Bell 206 s’est ajouté à la flotte!

Allez…à vos marques, prêts, volez !

Informations pratiques

Centres : Aviasim, 16 rue Raymond Aron, 75013 PARIS

Prix : à partir de 99 euros (le pack découverte) pour une heure d’expérience. L’offre la moins chère du marché. Détail sympa : le cockpit prévoit trois sièges réservés (gratuitement) aux amis pour observer vos exploits aériens. D’autres packs existent pour les plus expérimentés (voir sur le site)

349 euros pour le stage antistress aéronautique.

Pour crâner en société : Moins de 10 pilotes au monde sont habilités à aller se risquer dans l’aéroport de Paro, l’unique du Bhoutan. Encerclé de montagne, à plus de 2200 mètres, le challenge est énorme. Une idée pour votre prochaine simulation ?

test aviasim avis simulateur de vol

Ju Gigi (16 Posts)

Une curieuse capable d'enchaîner les questions les plus improbables, droguée au café (noir, noir, noir, j'ai déjà dit que j'aimais mon café noir ?) et au gingembre confit, qui étire ses heures de temps libre et dilapide ses économies entre les bars, expositions, gourmandises et distractions de la Capitale. Encore trop récemment Parisienne pour en être blasée, j'aime la littérature, le cinéma, le sport (toujours avec modération), les voyages sac-à-dos, les gros mots et les geekeries. Mes friandises préférées sont les rouleaux de réglisse, les études idiotes et les anecdotes totalement inutiles.


LES ARTICLES CHAUDS DE NOTRE SITE MASCULIN !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *