Home / Article au top / [Critique] Pirates des Caraïbes la vengeance de Salazar : un retour en demie teinte

[Critique] Pirates des Caraïbes la vengeance de Salazar : un retour en demie teinte

critique Pirates des Caraibes la vengeance de Salazar film

Quatorze ans après le premier volet, les pirates sont de retour pour une cinquième aventure placée sous le signe de la vengeance. Après un quatrième opus qui n’avait conquit ni le public ni les critiques, Disney ramène la franchise sur le devant de la scène. Que faut-il attendre de Pirates des Caraïbes la vengeance de Salazar ? Réponse dans la critique.

Pirates des Caraïbes la vengeance de Salazar, la critique

Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans.

Cette fois réalisé par Joachim Ronning et Espen Sandberg, ce nouvel épisode de la franchise s’appuie plus que jamais sur la recette qui a fait son succès offrant une réalisation correcte, mais qui reste classique et sans prise de risque. C’est donc à un nouvel ennemi que Sparrow va devoir faire face durant les deux heures et dix minutes que dure le long métrage. Malheureusement, on a l’impression que le film se construit autour d’un vide scénaristique et que l’aventure se fait en roue libre. Avec quelques prétextes pour faire avancer l’histoire. Globalement on sent que la franchise se répète et peine à retrouver son aspect flamboyant. L’histoire manque de ce petit souffle d’exaltation que nous pouvions ressentir dans la trilogie de départ et ce notamment à cause d’un manque de séquences marquantes et d’un méchant moyennement convaincant.

critique Pirates des Caraibes la vengeance de Salazar film disney

Javier Bardem qui incarne l’antagoniste principal de Sparrow, le capitaine Salazar, peine à convaincre et n’arrive jamais à avoir un véritable impact sur le déroulement de l’histoire. Davy Jones et Barbossa parvenaient à bénéficier d’une vraie présence même lorsqu’ils étaient absents de l’image et c’est ce qui manque cruellement au personnage de Bardem. Au-delà de ça, son design est réussit et s’inscrit dans la lignée des précédents vilains de la saga. Les autres protagonistes de ce nouveau chapitre sont assez réussis, même si on aura du mal à ne pas remarquer qu’ils sont calqués sur le modèle de Orlando Bloom et Keira Knightley. Henry est un jeune homme impulsif, romantique et qui n’a pas peur de l’aventure pour sauver ceux qu’ils aiment, Carina Smythe incarné par Kaya Scodelario est un personnage féminin fort et autonome. Néanmoins, le manque d’interactions entre les deux personnages et le fait que leur relation ne soit que travaillée en surface, rend l’attachement aux personnages difficile et donc leur histoire peu intéressante. Johnny Depp quant à lui continu d’incarner le Capitain Jack Sparrow avec toujours autant de brio et d’envie.

critique Pirates des Caraibes la vengeance de Salazar film avis

Les deux heures du film nous offres de bonnes séquences d’actions, mais qui malheureusement pèchent par leur manque d’ambition et d’originalité. On ne retrouve pas de séquences aussi épiques et impressionnantes que pouvaient nous offrir les trois premiers films. La vengeance de Salazar manque de ce souffle épique qui rendait les précédents longs métrages uniques. Comme la scène d’évasion de Sparrow dans le premier, la roue dans coffre maudit ou encore la bataille finale du troisième. Exceptées deux ou trois séquences qui amorcent cet état d’esprit, le long métrage des deux norvégiens s’essouffle assez rapidement. Le film n’arrive pas à renouer avec ces séquences d’action qui fonctionnaient grâce à un timing parfait et où toute la chorégraphie des cascades était réglée à la seconde prêt et rendait quelque chose de totalement épique.

Visuellement les effets numériques sont réussis et nous plongent totalement dans l’aventure de Sparrow et son équipage. L’humour qui caractérise la franchise de Disney est une nouvelle fois au rendez vous et se rapproche du second opus, ce qui est un très bon point. Notamment au cours d’une séquence où l’on semble tout droit ramené dans le deuxième opus.

Comme toujours la bande son du film est portée par le thème que l’on connait tous, les autres compositions se font plus discrètes et sont moins inspirées, mais dès l’instant où la fameuse mélodie de Zimmer retentit on se laisse embarquer sans trop de mal.

critique Pirates des Caraibes la vengeance de Salazar film bateau

Mon avis sur Pirates des Caraïbes la vengeance de Salazar

Pirates des Caraïbes la vengeance de Salazar souffle donc le chaud et le froid. Le film s’appuie sur les ressorts qui ont fait le succès de la franchise, mais ne parvient jamais à renouer avec l’aspect épique et l’aventure exaltante des trois premiers épisodes. La faute à un scénario assez anecdotique et à un manque de prise de risque. Il manque ce petit grain de folie qui aurait pu ramener la saga sur des eaux spectaculaire. Malgré de nombreux défauts, on ne boudera tout de même pas le plaisir de retrouver nos pirates dans un film qui manque certes d’originalité, mais qui parvient parfaitement à divertir.

Voir Pirates des Caraïbes la vengeance de Salazar chez Amazon.

La bande annonce

Anthony Corbelli (73 Posts)

Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine... Un jeune passionné de cinéma, de jeux vidéos et de culture geek.


LES ARTICLES CHAUDS DE NOTRE SITE MASCULIN !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *