Home / culture / livre / Critique « Les sortilèges de la cité perdue » de Preston & Child

Critique « Les sortilèges de la cité perdue » de Preston & Child

Les sortilèges de la cité perdue Preston Child

Voilà encore une petite merveille de Preston & Child. On retrouve dans Les sortilèges de la cité perdue Smithback, le journaliste aussi énervant qu’attachant qui avait déjà pris bien cher dans Valse Macabre et Nora Kelly l’archéologue rencontrée dans de nombreux livres du duo.

 

Nora est archéologue, elle bosse pour une université et s’ennuie clairement. Elle et son frère sont les propriétaires d’un ranch hérité de leurs parents et il se trouve que la voisine prévient Nora de nombreuses visites nocturnes dans leur ranch. Elle va donc voir et se fait gentiment agresser par des monstres. Oui des monstres, des trucs énormes avec plein de poils, qui parlent. Les machins lui demandent de donner la lettre. Ok d’accord mais quelle lettre ? Bref, la voisine déboule avec un fusil et fait en sorte que tout ce petit monde rentre chez sa mère. En repartant Nora rentre avec sa voiture dans sa vieille boîte aux lettres et BAM ! La fameuse lettre. C’est là que commence vraiment l’histoire, cette lettre vient de son père et a été écrite 16 ans plus tôt, juste au moment où le cher papa a disparu lors d’une expédition pour trouver une cité merveilleuse. Dans la lettre il explique l’avoir trouvé et Nora se met en tête de faire de même. Elle monte alors une équipe et c’est parti pour une expédition dans les canyons sous le soleil torride. Bien sûr les vilains monstres sont de la partie.

J’ai beaucoup aimé le livre, on imagine bien leur périple et on a même envie de participer. Enfin au début quand ça commence à partir en sucette on est bien content d’être de l’autre côté des pages. Les descriptions sont impressionnantes, les canyons tout ça on ne connaît pas trop et pourtant on s’y croirait. Nora est torturée entre l’envie de bien faire son job et le besoin de suivre les traces de son père. Smithback est la petite pointe d’humour et d’agacement qui va bien et qui donne encore plus de rythme à l’histoire. On y retrouve de nombreux personnages avec des personnalités originales des histoires personnelles en parallèle, bref un vrai régal du début à la fin.

Je vous conseille ce livre, même si vous n’avez lu aucun autre de Preston & Child ça ne pose aucun problème, il n’y a pas d’allusions aux autres affaires auxquelles ont participé les différents personnages, ça vous donnera peut-être envie de lire les autres ensuite. Si vous avez déjà dévoré des bouquins des duos, vous ne serez pas déçu, la qualité est au rendez-vous les plumes sont acérées et l’angoisse surgit tout comme on l’aime.

Gaëlle B. (39 Posts)

Gaëlle 28 ans, diplômée d'Histoire, estimée un peu tarée par son entourage, toujours sur 10 projets en même temps. Passionnée d'Histoire ( forcément ), de mode, de geekeries en tous genre, de lecture, de série télés et de Disney. Elle ressemble à une fille mais n'en est pas vraiment une, du moins ça dépend des jours.


LES ARTICLES CHAUDS DE NOTRE SITE MASCULIN !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *