Home / Article au top / [Critique] LEGEND – Tom Hardy sur le toit du monde

[Critique] LEGEND – Tom Hardy sur le toit du monde

critique film legend tom hardy

Tom Hardy crée l’évènement. Il enchaine les rôles de transformiste depuis longtemps et s’offre un challenge de plus en interprétant pas un mais 2 rôles dans Legend. Deux frères semblables et différents, opposés mais siamois. Une vraie performance d’acteur, une de plus. Après Bane, Bronson, Handsome Bob, Locke et tant d’autres, il incarne parfaitement ce duo de truands. Et c’est jouissif, complètement jouissif…

 

La critique du film LEGEND

Pour incarner les rois de la pègre dans le Londres des années 60, Tom Hardy se dédouble et devient Reggie et Ronnie Kray. Les frères Kray sont des vrais mythes de l’autre côté du Channel, au même titre que les Beatles, Twiggy et le Swinging London. Des légendes qui ont marqué l’esprit grand briton. Legend invoque leur mémoire en même temps qu’il exhibe leur triste vie. Pas simple d’être un gangster.

critique film legend tom hardy avis test

Reggie et Ronnie sont supposés être à l’opposé. Reggie est le beau gosse, séducteur et droit dans ses bottes. Il recherche le respect et l’argent, rien de plus simple en suivant la carrière de gangster. Ronnie est une brute psychopathe et schizophrène. Et ouvertement homosexuel. Il veut mener la vie à laquelle il aspire, grâce à un gros paquet d’argent. 2 personnages complexes et fouillés, dans les habits desquels Tom Hardy se glisse avec brio. Legend n’a en fait de véritable intérêt que quand Tom apparait 2 fois à l’écran en même temps. Par la magie du montage vidéo, les 2 personnages se parlent, s’invectivent, règlent leurs comptes. Ces scènes sont bigger than life. D’une part parce que la technique est magique, d’autres part parce que les 2 frères ont des expressions complètement différentes. Le rictus sur le visage de Ronnie va devenir complètement mythique.

critique film legend tom hardy fouet

Reggie me rappelle le Handsome Bod de Rock’n’Rolla. Charmeur, souriant, il ferait fondre la banquise. Le bo gosse né. Attitude classe, jamais un mot plus haut que l’autre sauf pour se faire respecter. Quand il rencontre Frances (Emily Browning), il jure de changer de vie… mais les gangsters sont les pires menteurs du monde. Ronnie a les bajoues et la voix pâteuse de Marlon Brando dans Le Parrain. Diagnostiqué schizophrène et psychopathe, il vit dans son monde. Mais il peut aussi être tout doux quand il suit son traitement. Un vrai personnage de film, certainement la raison numéro 1 de voir ce Legend, en VO évidemment. A eux deux, les jumeaux Kray vont régner sur la pègre et monter un empire. A coup de triques.

critique film legend test tom hardy avis

Ces personnages rappellent la doublette Joe Pesci et Robert de Niro dans Casino. Le nerveux et le posé, la brute et le mesuré. Mais souvenez vous, qui tient le marteau quand il appréhende un tricheur dans son casino? Voilà, vous avez compris, il n’y a pas de bon et de mauvais personnage, les deux sont délicieusement ambivalents. Si Ronnie est ouvertement violent, Reggie sait mieux se tenir, sauf s’il explose. Au final, ce Legend est assez violent, les scènes de bastonnade font gicler quelques litres de sang dans un tourbillon musical très sixties. Un morceau de Schubert se fait entendre au détour d’une scène plus policée mais le film s’inscrit dans une époque. Les années soixante, les vraies. Voitures, costumes, Londres se transporte dans le temps. La reconstitution apporte une profondeur assez criante au film.

critique film legend tom hardy jumeau

A contrario, une place assez (trop?) grande est laissée à la relation entre Reggie et Emily Browning. Elle fait renaitre le mythe de la poulette amoureuse de son bad boy en dépit de tous les avertissements. Typique de l’histoire qui finit mal. Elle l’a dans la peau même si sa môman la prévient continuellement qu’elle file un mauvais coton. Cette partie de l’intrigue n’est pas la plus heureuse car répétitive et sans vrai rebondissement (sauf à la fin). Un bon tiers du film est phagocyté, ça fait un peu long. Ce qui aurait pu devenir une déclinaison moderne de Casino se concentre trop sur Sharon Stone et pas assez sur Pesci / De Niro. Dommage. Surtout que la voix off chère à Scorsese donne des airs de fresque guerrière assez savoureuse. Le premier tiers du film est du grand art. Le reste est plus contrasté.

 

Conclusion

Au final, il faut voir Legend pour Tom Hardy. Juste avant The Revenant, allez vous rendre compte de sa performance. Il habite ses rôles, il est les frères Kray et c’est vraiment très bon.

 

La bande annonce :

Stanislas Claude (209 Posts)

Critique de cinéma sur CulturAddict, le site culture qui monte, car la culture est une drogue dure et sur Publik'Art. Passionné par la mode et ouvert sur le monde du Gentleman Moderne


LES ARTICLES CHAUDS DE NOTRE SITE MASCULIN !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *