Home / culture / film / [Critique] It comes at night, au top de l’horreur !

[Critique] It comes at night, au top de l’horreur !

it-comes-at-night critique film

Voici notre critique du film d’horreur It comes at night réalisé par Trey Edward Shults avec Joel Edgerton, Kelvin Harrison Jr. et Carmen Ejogo.

It comes at night, la critique !

Le cinéma que j’affectionne, n’est pas celui des paillettes de super héros, ou autres blockbuster sans aucunes âmes, qui détruisent peu à peu le cinéma, abrutissant ses spectateurs pour mieux rafler la mise. Car oui, la course au million nous pond des horreurs tous les ans, mais il subsiste encore des studios et des réalisateurs, prêt à défendre corps et âme le cinéma de genre.
Et c’est celui-ci que j’affectionne le plus, et vous allez très vite comprendre pourquoi…

Cette année 2017 est un bon cru pour les films « thriller/drame horrifique » de genre. Après Grave qui avait propulsé Julia Ducourneau comme la nouvelle égérie du cinéma d’horreur en France, et qui nous avait offert un Drame Cannibale, vu comme un film hommage (Cronenberg, Argento), d’une profondeur et d’une réalisation implacable. Après Get Out, dans lequel la condition des noirs aux Etats Unis, avait été dépeinte avec une justesse et un malaise Omniprésent…Voici que sort ENFIN, le film que j’attendais tant : It Comes At Night !

it-comes-at-night critique film test avis

Dans un monde apocalyptique, une famille vit recluse dans une maison, cependant l’arrivé d’un homme et de sa famille, va tout changer.

Le film est avant tout un film d’ambiance, avec un sujet de fond extraordinairement bien traité. Comme dans The Witch, les spectateurs pourront lui reprocher de ne pas offrir de grand scène gore, d’épouvante, ou d’action…cependant, le film n’est pas là pour faire dans le sanguinolent, il est avant tout ici pour nous faire réfléchir sur notre monde, sur notre condition familiale, sur nos rapports aux autres.
C’est d’ailleurs un sujet que le réalisateur affectionne particulièrement, car comme dans son premier long métrage Krisha, la vie sociale et familiale est au cœur de son oeuvre.

it-comes-at-night critique film avis

Trey Edward Shults nous offre une satire sociale effrayante, poussant le sujet à l’extrême en faisant de son personnage principal un homme Autoritaire, refusant d’aider l’autre sous peine de voir les siens en danger…La caricature du président américain n’est pas loin.

La peur du futur, elle, est mise en lumière par les cauchemars du fils du héros. L’imagination, le rêve d’une situation donnée, pousse les gens à se comporter d’une façon différente, et les songes Travis nous livrent une version d’horreur de ce que le genre humain peut imaginer au détriment des autres.

it-comes-at-night critique film test

Mais c’est dans la réalisation et la mise en scène qu’It Comes At Night prend une ampleur magistrale. Baignant les personnages dans la peur la nuit, et dans la paix le jour, il appuie son propos sur le fait que ce que nous en voyons pas et ne comprenons pas, nous fait peur.
Les scènes de nuit, et notamment le couloir et la porte rouge, avec un éclairage à la lampe de chevet, dispose d’un esthétisme fabuleux. C’est d’ailleurs les plus belles scènes que j’ai pu voir, dans ce genre de film.

it-comes-at-night critique film horreur

Finalement, c’est avec ses sujets que nous voyons un très bon film horrifique. Car sans sujet, le film est plat et sans âme. C’est quand le sujet est en raccord avec notre monde, que nous nous remettons en question et que cela nous effraie.
J’ai posé une fois la question à Xavier Leheurpeur, lors d’une projection de The Thing, pourquoi les films des années 70/80/90 nous paraissent plus malsains et effrayant que les films d’horreur actuels. La réponse est simple : Le sujet de fond.

Voir It comes at night chez Amazon.

La bande annonce :

Cédric (2 Posts)

Passionné de cinéma depuis son plus jeune âge, où il apprenait par cœur le programme TV. Fan de cinéma de genre, il préfère la VO à la version française. Il déteste les comédies française, voue un culte au cinéma des années 70/80 et porte dans son cœur Arnold Schwarzenegger.


LES ARTICLES CHAUDS DE NOTRE SITE MASCULIN !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *