Home / culture / livre / Critique de Tempête à l’horizon, Tempête et orage et Tempête de sang

Critique de Tempête à l’horizon, Tempête et orage et Tempête de sang

Tempête à l'horizon, Tempête et orage et Tempête de sang

Ce bouquin est l’un de ceux qui sont publiés sous le nom de Richard Castel. Il comprend trois grandes parties dont chacune a un nom différent mais en réalité il s’agit de la même affaire. Dans ce livre le héros est Derrick Storm, le premier héros de l’écrivain fictif Richard Castel. Ces livres là sont donc présentés comme ayant été écrit avant la série des Nikki Hard.

Derrick Storm est plus ou moins un agent secret à la CIAs, il est expert pour les missions sous couvertures où il ne faut pas hésiter à tuer des gens s’ils sont sur le chemin de la mission. Au début du bouquin on nous explique que Derrick a « pris sa retraite », jolie manière de dire qu’il a simulé sa mort pour être tranquille et passer son temps à pêcher dans le Montana. Bref, il coule des ours heureux quand son ancien boss le rappelle pour lui donner une mission qu’il ne peut pas refuser. Il doit aider à retrouver le fils d’un sénateur qui a été enlevé et tout ça sous une fausse identité et sans se faire trop remarquer. C’est en gros le sujet de Tempête à l’horizon. Il rencontre alors l’agent Showers qui, au départ, n’est pas vraiment ravie de devoir bosser avec lui.

L’histoire commence donc comme ça et franchement, le début est vraiment très long, en ce qui me concerne j’ai commencé à ne pas me forcer à lire à la fin de la première partie… et encore… Le pauvre petit jeune enlevé, limite on s’en balance le seul truc qui semble intéresser l’auteur c’est les fantasmes et la grossièreté de Storm. Au fil de l’histoire, il devient un peu moins insupportable mais franchement, il faut avancer loin dans le livre pour ne plus avoir envie de le frapper. Enfin bref, la seconde partie concerne un Russe opposant du régime de son pays mais tout aussi infréquentable et la dernière se situe en Ouzbékistan avec trois autres personne qui ont, eux aussi, simulé leur mort.

Tout le long du livre j’ai eu envie de faire autre chose, je trouve qu’il se traîne et le style n’a vraiment rien à voir avec ce que j’ai pu aimer dans les livres avec Nikki. Je ne pense pas que ce soit le même auteur, ou alors je ne comprends pas pourquoi il a choisi une autre manière d’écrire mais en tous cas, je vais laisser de côté les deux autres livres avec Storm pour un moment, j’ai eu ma dose pour l’instant. Par acquit de conscience je ne dirais pas qu’il est mauvais, les goûts et les couleurs hein… mais je ne suis pas vraiment fan, même dans le hamac avec une glace je n’arrivais pas à entrer dedans.

Gaëlle B. (39 Posts)

Gaëlle 28 ans, diplômée d'Histoire, estimée un peu tarée par son entourage, toujours sur 10 projets en même temps. Passionnée d'Histoire ( forcément ), de mode, de geekeries en tous genre, de lecture, de série télés et de Disney. Elle ressemble à une fille mais n'en est pas vraiment une, du moins ça dépend des jours.


LES ARTICLES CHAUDS DE NOTRE SITE MASCULIN !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *